Togo/Présidence de la République : Mme Sandra Ablamba Johnson, une ascension fulgurante et méritée

Sandra Ablamba Johnson

29 Sep 2020 | Dans l'actu | 0 commentaires

Le secrétariat de la Présidence a son nouveau locataire. La nouvelle figure de proue à ce poste clé de l’administration du Chef de l’Etat est Mme Sandra Ablamba JOHNSON. Avant ce poste, elle occupait les fonctions de Ministre déléguée, Conseillère du président de la république en charge de la Cellule Climat des Affaires.

Un poste plus que mérité, serait-on tenté de dire au regard du parcours plus brillant de cette grande dame.

Un parcours plus que remarquable

Sandra Ablamba JOHNSON est Ministre-Délégué et Conseillère Economique du Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé. Femme politique, économiste et Spécialiste de la Programmation et Politiques Financières, elle est, avant la nomination de ce lundi, Coordonnatrice Nationale de la Cellule en charge de l’amélioration du climat des Affaires au Togo. Avant sa formation en « Programmation et Politiques Financières » à l’Institut du Fonds Monétaire International à Washington, Mme JOHNSON est titulaire d’un Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en Sciences Économiques à l’Université de Lomé.

Secrétaire d’Etat, puis Ministre-Déléguée depuis Mars 2019, elle a travaillé activement sur plusieurs sujets économiques. A ce titre, Mme Sandra Johnson a assuré la coordination de la cellule climat des affaires (CCA) placée sous l’autorité directe du Chef de l’Etat dont la mission consiste en la mise en œuvre de multiples réformes dans le cadre de l’amélioration de l’environnement des affaires. L’ex-fonctionnaire du Ministère de l’économie et des Finances était aussi passée par le ministère de la Planification avant sa nomination à la Présidence de la République togolaise. Rigueur et travail acharné jonche le parcours de cette femme forte de Togo.

Sur le plan international, elle a prouvé, à tous, ses capacités en travaillant en tant que Coordonnateur Adjoint de la Cellule (MCA-TOGO) et chargée de la coopération technique avec les institutions évaluatrices. L’on peut citer Freedom house, Département d’Etat américain, Heritage Foundation, Women Business and Law, Banque Mondiale etc. l’agence américaine « Millennium Challenge Corporation (MCC) » fait aussi partie des entreprises qui jonche cette ascension plus que positive. « La rigueur, l’amour du travail, le travail bien fait, et le don de soi», telle est donc logiquement sa devise.

Ministre dynamique et passionnée de la recherche scientifique, elle a collaboré avec divers universités et centres de recherche internationaux tels l’Université d’Oxford aux Royaume-Uni, l’Université de Laval au CANADA, le Consortium pour la Recherche Économique en Afrique (CREA) et le centre de formation de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) basé à Turin. Fort de cette collaboration, elle est auteure et co-auteure de plusieurs revues universitaires sur les questions de pauvreté, de l’agriculture, de l’économie, de la finance inclusive. Enfin, il faut noter que Mme Johnson a également travaillé à la Cellule en charge du Conseil Présidentiel pour l’Investissement au Togo (CPIT), puis au cabinet du Ministre de la Planification et du développement et à la direction de la coopération internationale.

Les prouesses faites à la CCA

Allant de l’institutionnel à l’opérationnel y compris l’accompagnement et l’appui conseil aux entreprises, les travaux de la CCA ont tout récemment permis au Togo d’être classé selon le dernier classement Doing business 2020 de la Banque Mondiale, premier pays réformateur d’Afrique et 3ème pays le plus réformateur au monde.

Rénovant de fond en comble le fonctionnement de ce secteur, Mme Sandra Johnson a su s’entourer d’équipe dynamique et compétente qui permit un nouvel âge de gloire de l’économie togolaise. Le Togo passe ainsi de la 156ème place à la 135ème, le bond le plus élevé en Afrique, battant même au passage L’Ile Maurice, terre sacrée de l’entreprenariat privé sous les tropiques. Un résultat dû à l’amélioration de six indicateurs : transfert de propriété (57ème places), la création d’entreprise (47ème places), l’accès à l’énergie (1er dans l’UEMOA), le permis de construire, le paiement des impôts, et l’exécution des contrats. Des améliorations qui classent d’emblée le Togo comme la deuxième économie de l’UEMOA.

Quelques exemples concrets : sur le transport de propriété, fusion des formalités et réduction sensible du coût des droits d’enregistrement et de conservation financière. Ces frais désormais forfaitaires sont rabaissés à 35.000 CFA contre 4% de la valeur vénale du bien auparavant. Sur l’indicateur de raccordement à l’électricité (Moyenne tension) les frais ont encore subi une réduction de 50% alors qu’ils étaient réduits de 30% l’année dernière. « Nous ne nous contentons pas du meilleur classement, mais de la valeur ajoutée que cela apporte au quotidien des Togolais », déclare-t-elle. «Ce qui sous-entend des défis immenses à relever » avait-elle déclaré après la parution de ce classement montrant ainsi un l’acharnement au travail que voue cette femme

Rappelons que le Togo était dans les profondeurs abyssales de ce classement, avec une progression assez lente. L’avènement de cette économiste du développement à la tête de la cellule a provoqué des changements plus que positifs et salués sur le plan international. C’est sans doute avec les qualités de travail que Madame la Ministre Secrétaire Générale va coordonner les activités de la présidence qu’elle maitrise déjà assez.

Par Rédaction LE JOURNAL INFO –

Naviguez par Tags : Sandra Ablamba Johnson

Articles similaires

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code